Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Malleus malificarum, petite boîte à outils pour les chasseurs de sorcières (vers 1490)

 

Ni Ancelin, ni la grande Armorique n’ont été très friands de chasse aux sorcières. On le sent bien dans le Crime de la fontaine Notre-Dame. Mais le danger monte, il est là, dans le couloir de Rhin, où on brûle des femmes qualifiées de sorcières. Et aussi en Espagne, dans le nord de l’Italie, en Bohême. Là-bas, dans l’ouest celte, les sorcières on les aime plutôt bien. Certains même en Bretagne les appelle « dagorne ». Le Malleus sera la bible de la lutte contre les sorcières pendant plus de cent ans. Comment les reconnaît-on ? Comment les faire avouer ? L’Inquisition manipule, torture et brûle. 70.000, 80.000 victimes ? Plus ? Des femmes ayant eu des rapports sexuels avec le démon – bien sûr ; avec qui d’autres ? Leurs sortilèges jettent l’homme dans l’impuissance. Question IX du Malleus : « Les sorcières peuvent-elles illusionner jusqu’à faire croire que le membre viril est enlevé ou séparé du corps ? » Terrible pour ces… Dominicains.

A suivre…

Tag(s) : #Sire Ancelin et son temps

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :