Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

A la lueur de la lune gibbeuse

Dans son troisième quartier

Jouait sur l’herbe râpeuse

Une féline aux langues aventureuses.

 

De son ventre sortait des mots

Dont elle taisait d’un trait les noms

Et roulait sa sauvagerie en un maux

D’une terrible et belle inspiration.

 

.................................................

 

Tu vois la lueur de la lune gibbeuse

Dans son troisième quartier ?

Ni du Ciel ni de la Terre elle n’est tueuse ;

Elle invente une mouvance heureuse.

 

Puis quand la féline sort des flots

Juchée dans sa coquille de grand renom,

Elle se dit en voyant toute cette eau :

Le mouvement est mon inspiration.

 

Et rien de plus, et rien d’autre.

Tag(s) : #Poèmes

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :