Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FEUX CROISÉS

Le vent de ton souffle balaye le mystère de mes sens

Sans interdit qu’un cri plus fort

Fabrique une liberté sans souffrance.

Tu me dis qu’au ciel l’altitude nous convient, je veux,

Qui contemple corps et âmes emmêlés des sens du vouloir arraché aux dieux.

La fragrance de la peau de ton cou

Sur lequel remontent mes lèvres brûlantes

Essaime jusqu’aux étoiles une poussière infinie de désirs.

Et tu me dis qu’au ciel l’altitude nous convient, je veux,

Qui contemple corps et âmes emmêlés des sens du vouloir arraché aux dieux.

Il fallait que nous hurlions avant de mourir

Et que la mort nous prenne mieux au milieu d’une jouissance

Torturante plutôt que dans l’apathie d’un bonheur plat.

Tu me dis qu’au ciel l’altitude nous convient, je veux,

Qui contemple corps et âmes emmêlés des sens du vouloir arraché aux dieux.

Boire, fumer, faire l’amour en tout temps est notre lot

Diabolique, toi, d’âmes luxuriantes agitées de nos corps tendus

D’insatiétés renouvelées au destin de se mêler dans le grand festin des sens.

Et tu me dis qu’au ciel l’altitude nous convient, je veux,

Qui contemple corps et âmes emmêlés des sens du vouloir arraché aux dieux.

Sens refrinés. C’est le pacte oublié du divin saltimbanque ;

Un souffle de volcans.

Tag(s) : #Poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :