Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Evolution

Elle l’a appelé « on ». « On » signifiait que c’était lui. « On m’a dit que… » Un « on » sans personnalité. Mais c’est lui qui disait, sans elle. Elle était battue par lui, elle a songé à s’en sortir alors elle l’a appelé « lui ». Comme un commencement de détachement, pour aller ailleurs et plus loin. Une volonté de briser le cercle qui ne sort jamais de nulle part. Elle est même parvenue, ensuite, à l’appeler par son prénom, comme un homme qui a un prénom, sans lien particulier avec elle. Mais il l’a menacé de choses et d’autres, instrumenté les enfants, et elle est revenue. Il lui a dit qu’il avait beaucoup pleuré. Il lui a après montré où et comment il avait pensé à se suicider parce qu’il l’aimait. « C’est là que je l’aurais fait. », lui a-t-il dit. Il disait toujours, sans elle. Elle l’a cru. Elle l’a cru parce qu’elle a cru que se tuer c’est aimer. Elle s’est sentie coupable, elle ne voulait pas qu’il soit triste. Alors elle l’a appelé « mon mari ». A son travail elle s’est mise à ne parler que de « son mari ». D’ailleurs « son mari » s’est mis à lui téléphoner tous les jours, à son travail ; pour vérifier qu’elle y était. Elle y était parce qu’elle ne voulait pas qu’il soit triste par sa faute. Ni qu’il repense à se suicider. Alors il lui a donné de l’argent. Et puis il lui a parlé de la maison, des améliorations à y faire. « On » pourrait faire ça, ou ça…

Et puis un autre « On » est arrivé. Même « mon mari » a disparu. Elle, elle a disparu dans un nouveau « On » qui la niait elle-même. Ce nouveau « On », ce n’était même plus lui mais une masse informe dans laquelle elle n’est plus rien.

Tag(s) : #Nouvelles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :